Le pratiquant organise inconsciemment son équilibre dynamique. Il ajuste en permanence les inclinaisons de son corps aux reliefs et aux variations des forces s’exerçant sur l’engin. L’axe du corps est défi ni par la droite qui relie le centre de gravité du pratiquant à ses pieds. Quand le pratiquant est en appui sur son ski, l’axe de son corps doit respecter trois règles :

  • Être perpendiculaire à la pente en cas de glissement (trace directe, plongée dans la pente)
  • Être incliné vers l’arrière en cas de freinage
  • Être incliné vers l’intérieur dans le cas d’une trajectoire courbe.

Pour toute variation de pente ou de trajectoire, le pratiquant doit ajuster l’inclinaison de son corps dans le plan longitudinal pour rester perpendiculaire à la pente et à son ski ou snowboard discount

Lors d’une courbe, le pratiquant doit être incliné vers l’intérieur pour s’équilibrer. Dans son propre repère, le pratiquant agit en fonction de ses propres sensations et utilise la pesanteur comme contrepoids à la force centrifuge. Leur résultante doit se maintenir dans la surface de base (celle-ci pouvant être défi nie par la fi gure reliant les points d’appuis sur la neige).

Les inclinaisons du corps se repèrent dans le plan avant-arrière et dans le plan latéral. Elles sont très souvent obliques.
N’oubliez pas de bien vous équipez avec des vêtements ski de qualité.

Les effets directionnels en ski

Avec votre nouvel achat ski discount les effets directionnels, du point de vue mécanique, s’expliquent par la réaction du sol aux frottements de l’engin plus ou moins parabolique, l’entraînant sur une trajectoire courbe. Ils permettent la création d’une direction. Dans la progression, on distingue trois types d’effets

directionnels dérapés a ski

Effet directionnel dérapés subit

Pratiquant est en position de recul et l’angle de prise de carres est généralement faible. Le centrage arrière et le poids du pratiquant provoquent un décrochage de l’arrière de l’engin et un freinage sans contrôle de la trajectoire.

Effet directionnel dérapé contrôlé

Le pratiquant, par des actions qui affectent le mouvement vertical et la dissociation haut-bas du corps, est capable de contrôler sa trajectoire (principalement de l’ouvrir).

Effet directionnel dérapé perfectionné

Le pratiquant est centré en position intermédiaire et par des actions liées à l’inclinaison et au mouvement d’allègement, il agit sur la pression. Il maîtrise la trajectoire de sa conduite par un effort de pivotement des membres inférieurs.

Effet directionnel coupé

l’engin s’infléchit de manière à se confondre à la courbe qu’il décrit. C’est la création d’une direction qui privilégie le « pilotage de l’engin » en neutralisant le pivotement.

Effet directionnel coupé subis

Le pratiquant est dans une attitude figée et décrit une trajectoire imposée par sa vitesse et de l’angle de prise de carres,

Effet directionnel coupé maîtrisé

Le pratiquant, par des actions qui affectent le mouvement vertical, les manœuvres de carres et le centrage, est capable de choisir sa trajectoire et/ou de la modifier.

Dans la progression, on distingue deux types d’effets directionnels coupés : Lors d’un effet directionnel dérapé, l’axe de l’engin est plus ou moins oblique par rapport à la courbe décrite.

Aucun produit ne correspond à votre sélection.